au fil des strates

 

270220240730 00

. . . passe ainsi les petits moutons de poussière d’étoile. Du haut de  son haut, la valeur est différente. Ça ne rime pas à grand chose. C’est une ritournelle tout autre. C’est ça, c’est le mot, différence, lui, le droit, il l’a dit. C’est fou le pouvoir qu’il s’autorise, dès lors que, lui, n’est pas,  – se joue – de cette différence. Ça fait mal au cœur. 

 

 

260220240241 00

. . . c’est toujours difficile. L’angoisse, l’anxiété, et ces événements, graves ou pas, mais qui bouleverse le champ. S’extraire. Avec quelle force ? . . . il y a quelque chose de pénible dans chaque rupture . . . c’était ça, c’est ça, le flux. Sorte d’amnésie devant la toile. C’est assez terrible. 1223 . . . et si l’écriture disparaissait ou bien, si elle s’entrelaçait avec une (des) autre (s), il faut reprendre l’invention de nouvelles écritures, très vite, dès demain et ne pas oublier de resserrer au fur et à mesure des strates
.

 

 

 

 

 

 

250220241530 00

. . . ça ne marche pas. Alors il ne restera rien. Duel impossible, ou tout comme. A quelle lumière, improvisée ; qu’exprime cette question ? 

 

 

 

 

 

 

 

230220241852 00

. . . en pleine préparation du déménagement de “ma cabane réserve”, retrouvé aujourd’hui, un autoportrait datant du début des années 90 (ou fin 80 ?) – graphite (mine de plomb ?) sur toile de jute – 27×35 

 

 

 

 

 

 

 

 

2002202410202 00

. . .  d’un mauvais rêve, quel crime, vérité ou mensonge 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

190220241130 00

. . . ce n’est pas certain. Mais tout de même, un pas sur la lune. Et ensuite, cette griffure. C’est peu dire, quoique, finalement. Comprendre quoi ? Presque rien. Cette répétition de la forme. Rien de plus qu’une variation. L’eau à presque la couleur des cendres. Voilà. Une subtilité involontaire. Les combles de sa maison, jusqu’aux nouvelles fenêtres, aménagés, rien que du bois. Impressionnant de savoir faire. Je me suis mis à faire des photos et le long de cette construction je me suis retrouvé au bout, ça glissait, débouchait sur le marché, en plein centre ville. Chose bien étrange. C’est vrai que les livres se déplacent tout seuls dans la bibliothèque. C’est-à-dire qu’ils utilisent nos mains malgré nous. On réalise, tient, à présent, ce livre à changé de place. Il n’y avait pas de raison particulière. C’est justement, totalement, un exemple d’entropie. C’est même bouleversant, terrible, car ça révèle comment se passe ce glissement, cette sorte de métamorphose. Courage chacun 

 

 

 

 

 

   

 

 

 

 

 

180220240059 00 – suite pour la série des croquis 

. . . par les jours et les nuits, chaque vertige, et maintenant s’esquisse le cœur insoluble, en direct du fond des âges, des autres galaxies, là vient la plainte aux yeux vides. Pas un jour. Mes vanités s’effacent un peu, plus ou moins ; reste les scories, ou plutôt, comment dire ça, de l’écume, rien que de l’écume, toujours, à jamais de l’écume, un brouillard. C’est tellement erratique que ça frise l’irrationnel. Toute la question c’est le rapport à l’entropie. Absolument rien d’autre. Je ne savais pas ce qui se passait, on ne sait jamais de toute façon. Que reste t’il d’une existence . . . des cendres ! Cendres des cendres. Et puis un chevalet bleu, allez savoir ? Peut-être pourrais-je retrouver les fragments égarés, peut-être. 1800 . . . tourmente, convalescence du monde. Griffure, scarification. Courage non l’inverse. Aveugle non c’est autre chose. Amnésique non. Silence

 

 

 

 

 

 

170220240237 00

. . . c’était avant, le lait et le miel, mon pays de lumière et de chaleur, c’était avant, la température clémente des jours et des nuits, c’était avant, mon enfance pleine d’éclats lumineux sur mon berceau, c’était avant, un autre temps, le parfum envoûtant des fleurs du jardin et de la petite piscine municipale, avec son plongeoir à étages, la fraîcheur luxuriante, exaltante, de la fontaine, la saveur délicieuse des fruits, le sucre à nos lèvres d’enfants, aux bras de la très jeune “bonne”, c’était avant, le petit chien qui nous suivait partout de son amour de chien, pur, inconditionnel, c’était avant, le carrelage frais de la maison, comme celui de celle du prince, oui, le pays ou coulait le lait et le miel, avant, mais que reste-t-il de ma mémoire, ta chaleur, ton visage, toi, qui m’as fait ce don incroyable, la vie. 0434 . . . place nette, si tendre soirée, disparition de l’angoisse sur la plage . . . et cette drôle de cabane au fond du jardin, non, le campement de SDF, tôles, palettes et bâches, le sol la boue, béance du monde. Brûler le campement ! Le faire disparaître ! Lâcher une bombe atomique sur cette maudite cabane et tout le reste. En finir une bonne fois pour toutes. Mourir ainsi, misérable entre les misérables, au recoin de cette cour des miracles. Destin maudit, inéluctable. Tu viens du ruisseau, tu retournes au ruisseau. Méprisable d’entre les méprisables, pour l’éternité, vestiges et vertiges, je m’évanouis 


150220241600 00

quiétude, calme, béatitude, apaisement, ataraxie, douceur, équilibre, impassibilité, imperturbabilité, paix, philosophie, placidité, sang-froid, self-control, tranquillité, libre, convalescence du monde

140220241658 00

sérénité, plénitude, liberté, épiphanie

090220241759 -1330/1630 archives

. . . il y a toujours des solutions, une rue plus loin

 

 

.

.

 

080220240839 00

“Everest”

partie 1 : le début de la fin 

. . . ça commence ainsi, entre préparation matérielle des séquences, déplacements du cadre, premières prises, la chose est en pleine gestation, avec cette possibilité, cette gravité, ce risque d’échouer, chaque matin, d’avorter, par renoncement, par manque de courage, par lâcheté devant l’épreuve, cette inaccessible hauteur de l’enjeu : F I N I R

 

 

 

 

 

 

030220242321 00 – poème affiche

 

avoir 20 ans, à peu près, enfin, au-delà du demi-siècle aujourd’hui,

être plus ou moins baroque, quel être en devenir venu de nulle part,

naïf inouï, ou pire, éperdument égaré, cherchant sa chair en rive d’existence,

sans structure familiale, sociale, territoriale, et même, mentale,

fou commun, d’on ne sait quel village, justement moderne,

ces métropoles qui assassinent, au centre du maelström général

de ce monde actuel, factuel ; clochard céleste à vélo chargé d’archives

avec smartphone, dans l’encoignure d’une banque ;

ce terrible nœud borroméen, ce tableau délié « en mille morceaux » ;

la question n’est même pas de laisser dire « le plus bel âge de la vie »,

car vous savez, là, ce qui compte, c’est l’urgence du présent à venir



020220241641 00

. . . l’avantage blanchissime sans nature. Étrange. Comment ?

.

 

* * *

 

 

290120241511 01

. . . erratique feuille de choux à structure entropique


270120241510 00

. . . de tous ces temps, ultimes variations. Où se trouve le jardin des délices ? . . . et de ce qu’il dit, la décalcomanie

 

050120241401 011

. . . ainsi par la légèreté. Plus que jamais. Lâcher les sacs de sable, “perdre” devient sans importance, c’est gagner autrement. Tant de temps déjà


040120240342 010

. . . bon.
Savoir et ignorer toutes les variantes pliées se glissent entre les deux blocs, l’interstice

 

 

 

 

 

. . .